Sports : STAPS, une formation épanouissante et diversifiée: contenus, débouchés

STAPS
  • instagram_app_large_may2016_200

Hello,

ayant passé sept ans dans le système STAPS, j’avais envie de vous parler de cette branche parfois méconnue et souvent soumise à de nombreux préjugés. C’est donc forcément un article un peu formel mais j’espère qu’il pourra répondre à bon nombre de questions que vous pouvez vous poser.

Rapide historique

A l’université les STAPS ont vu le jour tardivement en 1974 sous le nom d’UEREPS (Unité d’enseignement et de recherche). A l’époque, la structure vise uniquement à former les enseignants d’Education Physique. Il faut attendre 1984 pour que les UEREPS deviennent UFR STAPS (Unité de formation et de recherche – Sciences et techniques des activités physiques et sportives). Cette évolution témoigne d’une diversification de la formation qui va s’accentuer par la suite. Aujourd’hui les UFR STAPS proposent de nombreuses filières et débouchés pour répondre à un engouement sociétal sans précédent pour les activités sportives.

STAPS

Les différentes filières

Les UFR sont organisés sur le modèle LMD et proposent pour chaque filière un cursus permettant de valider trois grades différents que sont la licence (3 ans), le master (2 ans) puis le doctorat (3 ans).

Si des différences existent d’une université à l’autre, les étudiants en licence suivent généralement un cursus commun les deux premières années. C’est pendant la troisième années que s’ajoutent des cours spécifiques à la filière qu’ils ont choisi. Le tronc commun s’articule autour d’une variété importante de disciplines scientifiques. Les sciences « dures » telles que la physiologie, la biomécanique, l’anatomie, la neurophysiologie. Mais aussi les sciences humaines et sociales telles que l’histoire, la sociologie, la psychologie. A ces enseignements s’ajoutent des heures consacrées aux APSA (activités physiques, sportives et artistiques) qui reposent sur une alternance de cours pratique et de cours théoriques. Enfin des enseignements d’ordre plus général tel que le l’informatique, les statistiques, l’anglais, les techniques d’expression et de communication trouvent aussi leur place dans ce tronc commun.

A ces cours communs s’ajoutent des enseignements spécifiques aux différentes filières.

  • Education et motricité: Les étudiants inscrits dans cette filière se destinent principalement au professorat d’EPS et abordent le versant pédagogique et didactique des APSA.
  • Management du sport: Cette filière vise à donner les compétences nécessaire pour organiser des évènements sportifs que ce soit à l’échelle d’une commune ou de plus grande ampleur. S’ajoutent donc des contenus liés au management, au droit, etc.
  • Entrainement sportif: ces étudiants visent des postes d’entraineurs au sein des fédération ou d’éducateurs sportifs au sein des communes, des collectivités territoriales, etc.
  • APA (activités physiques adaptées): Cette filière permet aux étudiants d’être capable de concevoir mais aussi d’encadrer des activités adaptées à des publics spécifiques tels que les personnes âgées ou les atteintes d’un handicap.
  • Ergonomie et performance motrice: Cette filière vise à s’interroger sur le confort, l’efficacité des équipements sportifs dans un but de performance.

Le nombre d’années d’études passées dans les UFR STAPS dépend du projet professionnel. Certains étudiants trouveront un emploi à la sortie de la licence. D’autres souhaiterons poursuivre en master pour obtenir un niveau de qualification plus élevé et parfois requis pour certains métiers. Par exemple, pour devenir enseignant d’EPS, le niveau master est actuellement exigé. Enfin, les étudiants intéressés par la recherche peuvent se diriger vers un doctorat au sein duquel il devront produire en trois ans une thèse sur un thème précis.

STAPS

Mon vécu en STAPS

Dès le collège le métier d’enseignant d’EPS faisait parti de mes projets. A la fin du lycée, je me suis finalement inscrite (par conformisme) dans une CPGE (classe préparatoire aux grandes école) préparant aux écoles de commerce. J’ai très vite abandonné cette formation, peut-être par peur de la charge de travail. Le fait que mon chéri entamait de son côté un cursus STAPS a dû également peser dans la balance 😉  Ma mère s’est donc battue pour que je puisse intégrer l’UFR STAPS de Nanterre malgré la clôture des inscriptions et mon aventure de stapsienne a commencée!

J’ai passé trois ans à Nanterre choisissant une licence Education et Motricité. Je me suis réellement épanouie dans cette branche. La pratique régulière de sport, les allers-retours théorie pratique et surtout la diversité des disciplines abordées m’ont vraiment plu ! J’ai toujours été polyvalente, et j’ai aimé développer des compétences tant en biomécanique, qu’en anatomie, en psychologie ou en histoire.  Cette licence m’a permis d’acquérir une bonne base de connaissances scientifiques dans le champ sportif. Si j’ai tant eu cette impression d’épanouissement c’est aussi car l’ambiance dans les UFR STAPS est très bon enfant. Les relations avec les enseignants sont très agréable. Ce sont pour beaucoup d’anciens enseignants d’EPS, entraîneurs ou éducateurs sportifs très conviviaux et agréables à côtoyer. De même, la pratique sportive est le lieu idéal pour nouer et développer des relations sociales.

Pour des raisons sur lesquelles je reviendrais dans un autre article je suis partie à Rennes pour poursuivre mon cursus. J’ai donc validé une autre licence avec cette fois-ci la mention entraînement sportif. Enfin j’ai validé un master MEEF (pour devenir enseignante d’EPS) puis un master recherche.

A retenir :

  • On ne fait pas QUE du sport en STAPS: beaucoup de lycéens s’inscrivent en STAPS pensant faire du sport et sont souvent très déçus. Si le temps de pratique est important les premières années il se réduit drastiquement au fil du cursus. De plus, les diplômes se valident essentiellement sur les matières théoriques laissant aux notes de pratique des petits coefficients.
  • Les STAPS ne s’adressent pas uniquement aux futurs enseignants d’EPS, ils sont même de moins en moins nombreux par rapport à l’effectif total des stapsiens. Les différentes filières offrent une grande diversité de débouchés dont certaines ont un très bon taux de recrutement.
  • La richesse des UFR STAPS repose sur la polyvalence des étudiants. L’accumulation de connaissances et de compétences de champs scientifiques divers et variés a été pour moi hyper épanouissante.
  • L’ambiance de travail est très agréable tant avec les enseignants qu’entre étudiants.
  • En termes de travail, et ça n’engage que moi car ça dépend des facilités de chacun et des UFR, mais je trouve que la quantité de travail demandée est correcte. Si j’ai été tant épanouie pendant mon cursus c’est bien parce que mes études me laissaient « du temps pour moi ». Pour ma part, c’est surtout l’année du concours pour devenir enseignant d’EPS que j’ai du donner un bon coup de collier.
  • Quelque soit la filière d’origine (lycée général et technologique ou lycée professionnel), il est possible de s’en sortir avec du travail. Cependant, les titulaires d’un bac S sont  avantagés dans les matières scientifiques comme la biomécanique.

STAPS

Bref, j’ai au fil de ces sept années pu acquérir un certains nombre de connaissances sur le cursus STAPS. S’il est impossible de tout détailler dans un article, j’espère avoir réussi à transmettre un certain nombre d’informations. Dites moi en commentaire si cette thématique vous intéresse. Dans ce cas je ferai un autre article sous forme de questions-réponses dans lequel re répondrais à vos interrogations.

Vous avez vécu cette formation ? Vous êtes intéressées par un cursus STAPS?

2 Replies to “Sports : STAPS, une formation épanouissante et diversifiée: contenus, débouchés”

  1. Merci pour cet article. J ai aussi suivi cette filière( licence entraînement validée ). Comme vous j’ai apprécié l’ esprit STAPS ( bonne ambiance, cours physiques et théoriques agréables ).
    Mon métier actuel n a rien à voir avec mes études mais je ne regrette pas du tout ses années. Au contraire je suis un peu nostalgique (j’ai déjà 41 ans…), et si je pouvais j’ y retournerai bien pour suivre la filière APA.

    1. De rien ! Je crois que oui, ce sont des études dont on garde en général un bon souvenir ! La filière APA est sûrement très intéressante aussi ! Les quelques modules auxquels j’ai pu assister en première année en guise de présentation des filières m’avaient bien plus aussi !

Laisser un commentaire