Fertil-in Humeurs Lifestyle

Mon aventure Fertil-in

30 mars 2021

Hello, 

changement de point de vue aujourd’hui, je laisse un peu de côté mes recettes pour partager mon aventure Fertil-in. Je vais vous raconter comment j’ai vécu ce programme destiné aux couples ayant choisi de booster leur fertilité. Il s’agit d’adopter une hygiène de vie pro-fertilité en vue d’optimiser ses chances de conception que l’on soit dans un parcours naturel ou en PMA.

Avant toute chose, je tiens à préciser que j’ai payé mon programme fertil-in et que ce témoignage, totalement indépendant, me tenait à coeur pour valoriser cette nouvelle approche du parcours PMA qui ne se substitue pas aux protocoles médicaux mais qui entre en synergie avec eux pour que notre rêve de fonder une famille devienne réalité.

Avant tout, qu’est ce que fertil-in ?

Pour moi, il s’agit d’une équipe de professionnels qui ont mis en commun leurs compétences pour produire des programmes multi-factoriels  permettent de mettre une place une hygiène de vie favorisant la conception. Chaque utilisateur répond à des centaines de questions qui sont traitées par un algorithme puissant créé par une équipe de spécialistes de la santé et médecins. Un programme personnalisé nous est immédiatement proposé prenant en compte nos spécificités (alimentation, sommeil, hydratation, stress, sport, exposition aux perturbateurs endocriniens). Plus que cela, se sont deux co-fondatrices pleine de bienveillance qui ont pour seul et unique but de sortir leurs utilisateurs de cette impasse que peut devenir le parcours PMA. Disponibles et bienveillantes, elles s’investissent à corps perdu pour redonner espoir à des couples qui sont parfois un peu usés par les protocoles PMA et qui ont besoin de cette approche complémentaire mais non moins fondamentale pour faire basculer leur destin. Mais aussi une communauté de personnes qui vivent la même aventure que nous, avec qui l’on peut échanger.

Découvrez leurs programmes ici !

Retour sur les prémices de cette aventure

Le 24 Juin 2017 restera pour Seb et moi une journée inoubliable. Notre mariage a été un véritable enchantement que nous avons partagé avec nos proches (je vous raconte cette aventure ici très bientôt). Suite à une année de préparation, une journée fabuleuse, une voyage de noces sublime, nous nous lançons dans un nouveau projet: agrandir notre famille. 

Les insuffisances de l’approche médicale

J’arrête la pilule mais je prends rapidement rendez-vous avec une gynécologue pour faire le point. Non seulement, je me suis toujours mis en tête que j’aurais du mal à avoir des enfants et en plus, j’avais une aménorrhée primaire puisque mes premières règles sont arrivées avec la pilule. Commencent alors les premiers examens qui mettent en lumière un problème hormonal. S’en suivent le premier niveau de traitement hormonaux qui ne donne rien. Je suis donc très vite redirigée vers une gynécologue spécialiste en PMA. Injections, pompes, nous tentons plusieurs traitements qui ne fonctionnent pas. Très vite, le protocole FIV s’impose. 2 FIV, 6 transferts et une fausse couche plus tard, le miracle ne s’est toujours pas produit.

En parallèle des traitements, je me renseigne, essaie tant bien de mal de mettre en place les recommandations que lis à droite à gauche, en particulier moins de sport, en tous cas j’arrête les sports cardio et je me mets au yoga fertility de Charlotte. Ces échecs sont corrélés à une batterie d’examens qui s’avèrent toujours positifs, mis à part mon déficit hormonal décelé en début de parcours, rien à signaler. Pourtant, les protocoles médicaux ne parviennent pas à me permettre de tomber enceinte.

Prendre la décision de souscrire à Fertil-in

Je commence à en avoir assez de subir, d’attendre toujours les décisions et protocoles médicaux. J’ai BESOIN de PESER dans notre parcours, activement. L’idée de souscrire à Fertil-in n’est pas immédiate, mais elle fait son chemin. Je les suis sur Instagram, trouve leurs posts intéressants, on touche du doigt d’autres éléments rarement pris en charge par la sphère médicale: alimentation, sommeil, stress, perturbateurs endocriniens, etc. Je vois régulièrement passer des annonces de grossesse, des résultats encourageants suite à leurs programmes, je commence à me dire que c’est peut-être un bon complément. Début octobre j’appelle Virginie qui me consacre un bon moment au téléphone pour répondre à toutes mes questions: pourquoi fertil-in, quelle plus-value pour moi qui pense déjà avoir une bonne hygiène de vie ? Elle prend le temps de répondre à toutes mes questions et termine de me convaincre ! Je prends conscience que si mon hygiène de vie est plutôt bonne pour une personne lambda, elle n’est pas optimale pour la fertilité. Pour la première fois je comprends que des facteurs essentiels relatifs notamment à l’immunité sont peut-être à l’origine de cette longue liste d’échecs de transferts. Mes connaissances pourtant poussées en nutrition, ne me permettent pas d’envisager les spécificités d’une alimentation propice à la fertilité, j’ai besoin de l’aide de professionnels. C’est décidé, le programme In-TEC sort quelques jours plus tard, il sera pour moi ! Maintenant que l’on a pris la décision, j’ai hâte !

Quand souscrire à Fertil-In ?

  • Lorsque l’on se prépare à la conception que ça soit de façon naturelle ou en protocole PMA (Programme In-Concept)
  • Avant une ponction d’ovocytes et recueil de spermatozoïdes (Programme FIV)
  • Avant un transfert d’embryon (Programme TEC)
  • Avant une insémination (Programme IA)
  • Pendant sa grossesse pour transmettre le meilleur à notre bébé (programme à venir en mai)

Découvrir son programme

Me voilà dans l’aventure! Un véritable coup de fouet dans ce parcours, moi qui ait tant besoin de contrôle, je vais enfin pouvoir m’investir personnellement pour changer le cours des choses et faire basculer ce parcours PMA, enfin c’est ce que j’espère ! Je m’inscris, répond aux 250 questions du questionnaire en ligne et reçoit dans la foulée mon programme ! 42 pages de recommandations, alimentaires pour la plupart, mais pas que ! Stress, sommeil, hydratation, sport, les recommandations traitent de l’ensemble des facteurs de la périconception. Autant de facteurs souvent laissés pour compte par les médecins qui se concentrent sur les aspects strictement médicaux des protocoles.

Souscrire au programme, répondre aux questions, prendre connaissance du programme, j’ai fait le plus facile ! L’enthousiasme ne me quitte pas ! En revanche, maintenant, il faut s’atteler à la deuxième phase du programme, la plus importante, la mise en application.

Comprendre, s’approprier le programme et ne pas prendre peur

Pour l’appliquer, il faut avant tout le comprendre et se l’appropier ! Je lis avec attention une première fois l’ensemble du programme. Les informations essentielles sont mises en valeur, je sais rapidement sur quels éléments je vais devoir focaliser mon attention ! Les éléments traités font sens pour moi, je les trouve cohérents par rapport à mon profil et ils mettent en lumière des facteurs fondamentaux dont je n’avais pas connaissance notamment en termes d’immunité et donc de qualité d’implantation. J’en suis sûre, ce programme va modifier en profondeur mon terrain et réguler certains éléments qui ne font pas de moi une personne en mauvaise santé mais qui ne favorisent pas ma fertilité.

Moi qui était persuadée d’avoir une bonne hygiène de vie, je me rends compte qu’une alimentation santé n’est pas forcément une alimentation fertilité et que j’ai finalement une marge de manoeuvre importante pour modifier mon alimentation en lien avec ce parcours PMA. Je décide ensuite de prendre un carnet et un stylo, je reprends le programme depuis le début et j’écris une à une toutes les recommandations ainsi que less conseils pour leur mise en application, les menus types notamment. Cette étape me semble essentielle pour s’approprier l’ensemble des préconisations du programme sans passer à côté d’une information importante. Je prends connaissances des aliments interdits et de ceux qu’il va falloir que j’intègre dans mon alimentation. Je note les quantités qui sont importantes aussi. Le soir même je décide de commencer le programme, je suis motivée comme jamais, j’ai un transfert dans un mois, je n’ai pas de temps à perdre ! 

Le programme ne m’a pas effrayée. Il implique de gros changements dans mes habitudes alimentaires, c’est certain, mais ma curiosité culinaire me pousse à penser que je vais trouver des astuces pour que le plaisir de manger demeure ! Il y a suffisamment d’aliments que j’apprécie pour assouvir ma gourmandise !

Ne soyez pas effrayés par la programme. A première vue on peut se sentir démunis ! La première chose à faire et de passer en revue tous les aliments que l’on aime qui sont autorisés dans le programme, vous verrez, ils sont nombreux!

Appliquer son programme

Mettre à jour ses placards

J’ai fait le plus facile, souscrire, comprendre, s’approprier le programme, il est maintenant tant de le mettre en oeuvre ! La première chose que j’ai faite, c’est d’aller au magasin bio compléter mes placards pour avoir à porté de main tous les éléments essentiels de mon programme: huile de lin, huile de coco, huile de colza, graines de courge, de chia, de lin, de chanvre, farine de riz, de sarrasin, fécule de maïs, pâtes sans gluten, petits poissons en conserve, myrtilles congelées, yaourt coco, fromage blanc de brebis, son d’avoine, flocons d’avoine sans gluten, riz basmati, millet, quinoa, tempeh, cacao en poudre, cannelle, chocolat 85% etc.. J’avais déjà pas mal de choses à la maison mais je veux TOUT avoir pour faciliter la mise en oeuvre du programme. Je n’ai pas fait le tri dans mes placards car mon chéri a continué de manger normalement mais si nous avions été deux à suivre le programme, j’aurais éliminer les aliments auxquels nous n’avions pas le droit pour éviter les frustrations inutiles.

Se construire de nouvelles habitudes alimentaires et compiler les recettes plaisir

J’avais déjà modifié mon alimentation depuis quelques années, plus de légumes, moins de viande, des aliments riches en nutriments. C’est donc un plaisir pour moi de chercher de nouvelles recettes, de nouvelles idées pour cuisiner ! Je me suis donc mise en quête de recettes sans gluten et j’ai continué de faire mes recettes favorites qui rentraient dans le cadre du programme comme les galettes de sarrasin, les avocadotoast, les fondants au chocolat sans gluten, etc.

Ce qui a été difficile pour moi, ça n’est pas tant la liste des aliments interdits ou autorisés, que la chrononutrition qui les accompagne et notamment un déjeuner faible en glucides. Le midi, exit le riz, les pommes de terre, le quinoa, les lentilles, mais aussi les carottes, les patate douce, etc. Autant en été, nous avons les tomates, courgettes, aubergines, poivrons qui nous facilitent la tâche, autant en hiver, concevoir un déjeuner faible en glucide n’a pas été évident pour moi. Alors oui, j’ai consommé de la salade, des poireaux, mais aussi des légumes surgelés comme les haricots verts ou en conserve comme la pulpe de tomates.

En revanche, pour ce qui est du petit déjeuner, du goûter et du dîner, ça a été plus simple à mettre en place ! J’ai également trouvé une boulangerie qui fait un excellent pain sans gluten que je congèle pour avoir toujours des tranches à portée de main. Et petit à petit j’ai compilé les recettes plaisir qui rentraient dans le programme ce qui m’a évité la frustration. Au début, je relisais mon carnet avant chaque repas le temps d’intégrer réellement mes nouvelles habitudes. Je vous conseille également de relire le programme une semaine après l’avoir commencé, cela permet de vérifier que l’on a pas laissé passer une information lors de la première lecture. Parfois, certaines recommandations du programme posent question dans leur application, je m’étais fait un liste de questions que j’ai posé à Virginie. Elle y a toujours répondu avec une disponibilité et une bienveillante vraiment touchantes. En effet, ok pour appliquer le programme à la lettre, je voulais bien faire ce sacrifice mais pas à l’aveugle, pas sans être sûre que TOUT ce que je faisais était ok et avait du sens. Ces éclairages m’ont vraiment permis de comprendre et d’appliquer mon programme avec toutes les subtilités que cela comporte.

Vous pouvez d’ailleurs retrouver mes recettes fertil-in ici !

Informer ses proches

Malgré la période covid, nous aimons sortir et recevoir. On trouve toujours des alternatives au restaurant pour respecter le programme même si parfois ça n’est pas chose facile. Le plus simple est de choisir en amont un restaurant où l’on trouve son bonheur pour éviter les frustrations. Pour ce qui est des invitations, nous avons informé nos proches de mes restrictions et ils ont joué le jeu à 100%. Ils se sont toujours creusé la tête pour me faire plaisir en respectant mes contraintes. Rassurez vous, vos proches n’ont qu’un objectif: votre bonheur ! Et puis pour les invitations impromptues et bien on s’adapte, il y a toujours quelques chose à manger pour se faire plaisir sans sortir du programme.

S’organiser
  • Liste de menus à la semaine
  • Faire les courses une fois par semaine au marché et au magasin bio pour avoir tout ce dont on a besoin
  • L’anticipation: ne pas laisser de repas au hasard.
    • Choisir un restaurant en amont
    • Emmener ses lunchbox au boulot
    • Prévenir nos proches de nos restrictions et leur donner des idées de menus adaptés

Surmonter les moments de doute

Après un mois de programme, j’ai de nouveau un échec de transfert. Pourtant je relativise, un mois c’est court pour modifier en profondeur son terrain et je suis optimiste, j’ai réussi à mettre en place de nouvelles habitudes qui me permettent de suivre le programme à la lettre, ça va finir par payer !

Un moment de doute, pas de problème, mon péché mignon: une tartine de pain sans gluten toastée, de la pulpe de tomate et une burrata de bufflonne (oui j’ai le droit au lait de bufflonne), qu’à cela ne tienne, je me fais plaisir ! Deux voire trois ou quatre carrés de chocolat le soir, c’est ok.

Et surtout, se rappeler deux choses: 1. Son objectif 2. Que cette tranche de vie est transitoire.

En revanche, je ne me suis jamais permise un écart au programme, notamment pour le gluten, j’ai appliqué la tolérance zéro. Alors les petits craquages oui, mais avec des aliments autorisés dans le programme et ils sont nombreux ! Et puis on est deux dans cette aventure ! Bon j’ai appliqué le programme seule et cela m’a demandé de la discipline mais à deux c’est plus simple ! Chéri(e) prend le relai pour préparer le repas du soir si vous n’en avez pas envie et le plaisir de manger un bon petit plat préparé par votre moitié fera le reste !

La clé de la réussite du programme Fertil-in

Le plaisir ! C’est pour moi un fondamental, sans plaisir, on ne tiendra pas le programme sur la durée, il ne sera pas possible de s’approprier ces nouvelles recommandations alimentaires ! Alors chacun trouve ses aliments fétiches, ses recettes favorites, mais il faut à tout prix que l’alimentation reste un plaisir ! Si les repas deviennent source d’angoisse, de frustration, l’application du programme va générer un stress que l’on essaie de combattre pour améliorer nos chances de réussite, c’est vraiment dommage.

Le résultat tant attendu

Après 3 ans d’échecs, deux mois de programme, la mise en place d’un nouveau protocole médical, le verdict est tombé, le septième transfert a été le bon ! L’angoisse de la fausse couche est bien présente, je ne m’autorise pas vraiment à y croire mais le résultat est là. Je continue le programme qui permet aussi de prévenir les risques de fausse-couche et cela me rassure un peu. Prise de sang après prise de sang, échographie après échographie, nous voilà prêt à débuter ce cinquième mois de grossesse avec un peu plus de sérénité.

Evidement ce résultat met en lumière la synergie d’un ensemble de facteurs médicaux et paramédicaux mais aussi un joli coup de pouce du destin. Non seulement je suis persuadée que le programme fertil-in a joué un rôle capital au niveau cellulaire mais aussi au niveau psychologique. Pour la première fois de mon parcours je me suis sentie actrice, j’en avais vraiment besoin !

Mais aussi …

En découvrant Fertil-in et sa communauté d’utilisateurs, je me suis rendue compte que l’on pouvait se trouver un peu démunis face à ces nouvelles recommandations alimentaires. Nous avons donc décidé avec Virginie et Adva de proposer un Livre de Recettes adaptées aux programmes pour vous inspirer et vous aider à passer cette première phase de doute. La création de ce livre m’a permis de développer et de confirmer de nouvelles compétences tant sur le plan de la création de recettes que sur celui de la photographie culinaire. Merci les filles pour votre confiance et j’espère que ce livre apportera des réponses à ceux d’entre vous qui en ont besoin.

Finalement fertil-in c’est:
  • Un programme de péri-conception efficace 
  • Un moyen de devenir acteur de son parcours PMA
  • Des personnes compétentes, bienveillantes et à l’écoute pour nous accompagner (merci Virginie)
  • L’occasion de se rendre compte que l’on n’est pas seuls dans cette aventure et de créer du lien avec des personnes vivant les mêmes épreuves que nous (merci Clémence)

Ce n’est que le début de l’aventure et la route est encore longue avant d’avoir notre petit bout avec nous mais je tenais à partager mon expérience ici. Vous pouvez d’ailleurs retrouver ma petite interview avec Virginie et Adva sur dans leur rubrique témoignage: https://fertil-in.com/p-Temoignage.

N’hésitez pas à me poser des questions en commentaire, je me ferai un plaisir de répondre à vos interrogations.

  • Répondre
    Byhisgrace
    28 avril 2021 at 12 h 18 min

    Merci pou le partage et félicitations ! 🤱

    • Répondre
      Claire
      28 avril 2021 at 15 h 28 min

      Merci beaucoup !!! La roue tourne ❤️🍀

Laisser un commentaire